L’entrepreneuriat des jeunes par l’approche chaîne de valeurs agricoles, une innovation

Les ONG partenaires évaluées après plus de 18 mois d’activités

2
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on telegram
Telegram
Share on whatsapp
WhatsApp

Une mission d’évaluation des ONG partenaires du Projet d’Appui à l’Employabilité des Jeunes dans les Secteurs Porteurs (PAEIJ-SP) s’est tenue du 6 au 17 août 2021. Organisée par l’Unité de Gestion du Projet, la mission vise à évaluer la mise en œuvre du cahier de charge de chacune des ONG partenaires du PAEIJ-SP et d’analyser et relever le niveau de performance et de succès.

L’une des stratégies d’intervention du PAEIJ-SP est le faire-faire. Elle consiste à déléguer certaines activités spécifiques aux structures de proximité qui ont un savoir avérés afin de faire un accompagnement de qualité aux bénéficiaires.

Pour opérationnaliser cette approche, le projet a recruté quatre (4) ONGs dans trois volets à savoir : Volet accompagnement post création entreprise. Ce volet est implémenté par deux (2) entreprise : ONG INADES-Formation pour les régions Plateaux et Maritime et AGAIB-Centrale pour les trois autres régions du pays ; Volet alphabétisation fonctionnelle et planning fonctionnelle piloté par le consortium COPAF ; Volet entrepreneuriat féminin conduit par le groupe CASADD-VR et RAID.

Ces ONGs partenaires ont entamé leur mission à des périodes différentes suivant la date de signature des contrats. Cependant, toutes ont fait au plus de 18 mois d’activité et certaines boucleront leur contrat avant la fin de cette année.

La mission d’évaluation était donc organisée pour avoir une appréciation plus approfondie de ce que font ces ONGs.

Elle s’était articulée autour de plusieurs points essentiels et a permis d’abord de recueillir et analyser les éléments permettant d’apprécier les effets réels des interventions des ONG auprès des bénéficiaires du PAEIJ-SP, tant en termes de renforcement de capacités en vue de la maîtrise des itinéraires techniques de production et de prestation de services mais aussi de connaissance et de maîtrise des outils de gestion.

Ensuite, d’analyser l’appréciation des bénéficiaires et leurs capacités à internaliser les actions des ONG dans la logique de la stratégie du projet, c’est-à-dire l’approche chaine de valeur et cluster agroindustriel et d’apprécier la cohérence entre les plans trimestriels et le nombre et la qualité des visites rendues aux bénéficiaires en termes d’appui accompagnement.

Enfin, d’apprécier la cartographie des animateurs par rapport au nombre de bénéficiaires et le ratio animateur/bénéficiaires afin d’émettre des recommandations étayées concernant les modalités de collaboration entre les animateurs et les bénéficiaires en vue d’une meilleure efficacité des interventions.

Par ailleurs, des pistes de futures collaborations possibles entre le PAEIJ-SP et les ONG ont été données.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *