Présentation

Le secteur agricole, qui concentre plus de 70% de la population active togolaise, est sous valorisé malgré ses fortes potentialités notamment compte tenu d’un faible niveau de transformation des produits agricoles. Il en résulte un niveau de pauvreté et de chômage élevé » qui touche particulièrement les couches vulnérable que sont les jeunes et les femmes. Pour favoriser la promotion de l’entreprenariat dans le secteur agricole, l’Etat Togolais, à travers le ministre du développement à la base de l’Artisanat, de la jeunesse et de l’Emploi des jeunes dans les Secteurs Porteurs (PAEIJ-SP).


OBJECTIFS

Contribuer à créer les conditions d’une croissance économique plus inclusive à travers le renforcement de l’employabilité des jeunes et la promotion de l’entrepreneuriat dans les secteurs porteurs.

L'entrepreneuriat des jeunes par l'approche chaîne de valeur agricole, une innovation

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES

  • Développer l’entreprenariat agro industriel ;
  • Promouvoir l’agriculture commerciale ;
  • Offrir des conditions d’emploi plus favorables aux jeunes et réduire la pauvreté.

RÉSULTATS

  • 12 PME structurantes sont appuyées au plan technique et ont accès au financement bancaire ;
  • 19 600 emplois directs seront créés dont 40% pour les femmes ;
  • 1 200 jeunes (dont 40%) formés ont créé leur entreprise ;
  • 1 000 jeunes (dont 40%) formés dans les centres de formations appuyés par le projet ;
  • 14 200 producteurs / éleveur (dont 40% de femmes) ont accès au financement ;
  • 1 000 groupements ont accès au financement ;
  • 5 centres de formations équipés intègrent les nouveaux modules de formation ;
  • 4 IMF et 1 Institution Financière sont formés au financement des CVA ;
  • Revenus des bénéficiaires sont accrus de 25% 
  • 200 femmes dans 21 villages vulnérables bénéficient de financement et d’équipement pour les AGR ;
  • Les capacités de l’observatoire de l’emploi sont renforcées.

COMPOSANTES DU PROJET

  • Développement des compétences entrepreneuriales des jeunes dans les secteurs
  • Appui à la mise en place d’un dispositif inclusif de financement
  • Gestion et suivi-évaluation d’impact.

APPROCHES D’INTERVENTION

  • Approche chaine de valeur agricole et le développement de clusters agro-Industriels
  • Approche « faire-faire »

FILIERES CIBLEES

  • Soja (y compris les semences certifiées de soja) ;
  • Maïs ;
  • Manioc ;
  • Volailles ;
  • Petits ruminants ; etc…

GROUPES CIBLES

  • Producteurs et éleveurs (en coopératives commerciales) dont 40% de femmes ;
  • Jeunes hommes et femmes de 18 à 45 ans désireux de porter des initiatives entrepreneuriales individuelles ;
  • Femmes issues des villages enclavés et vulnérables ;
  • Petites et moyennes entreprises structurante (transformatrices, agrégatrice) établies.

ZONES D’INTERVENTION

Territorial national, avec une forte concentration des activités dans les régions régions les plus pauvres (savanes, centrale et plateaux)

CRITERE D’ELIGIBILITE

Les critères varient selon les 3 principaux groupes de bénéficiaires :

  1. Les producteurs /coopératives
  • Appartenir à une coopérative de producteurs régulièrement enregistrée (conformément aux procédures administratives) ;
  • La coopérative devra être disposée à contractualiser avec un acteur de la chaine qui lui garantit un marché (entreprise structurante ou agrégateur) ;
  • La coopérative devra être disposée à produire selon les spécifications de l’acheteur/entreprise structurante/agrégateur ;
  • La coopérative devra faciliter l’accès aux intrants, aux informations, à la formation et aux financements des membres ;
  • La coopérative devra être composée en majorité de jeunes femmes et hommes ;
  • Producteurs disposés à appliquer les bonnes pratiques de l’agriculture durable et de lutte contre les changements climatiques ;
  • Coopérative engagée à adhérer et à se conformer aux orientations et aux approches du sujet.
  1. Sélection des primo-entrepreneurs individuels
  • Etre promoteur Togolais ;
  • Etre jeune (18-45ans) ;
  • Etre entrepreneur débutant ou confirmé ;
  • Avoir une formation de base dans le secteur/sous-secteur concerné ;
  • Etre porteur de projet innovant développé en réponse à un appel à proposition ;
  • Faire un apport personnel minimum pour le financement du projet ;
  • Disposer à appliquer les bonnes pratiques de l’agriculture durable et de lutte contre les changements climatiques ou les bonnes mesures de production de bien/services de qualité et respectueuses de l’environnement ;
  • S’engager à adhérer et à se conformer aux orientations et aux approches du projet.
  1. Sélection des entreprises structurantes
  • Etre une entreprise togolaise, régulièrement inscrite au registre du commerce avec une gouvernance formelle et bien structurée ;
  • Investir dans une chaine de valeur porteuse, durable, compétitive, avec un effort potentiel à contribuer à la sécurité alimentaire locale et nationale et à améliorer les revenus des agriculteurs/agricultrices et des entrepreneurs jeunes ;
  • Etre dans le maillon de la transformation et ou de la collette/commercialisation ;
  • Être en activité depuis au moins 2 ans ;
  • Disposer des états financiers ; capable de contractualiser pour l’approvisionnement d’au moins 50 tonnes de semences, 1 000 tonnes de céréales et tubercules, 10 000 sujet de volailles et 300 tonnes de petits ruminants ;
  • Démontrer un fort potentiel de développement notamment une rentabilité affirmée ;
  • Démontrer des revenus en croissance depuis au moins les deux dernières années ;
  • Etre disposé à faciliter l’accès au financement des primo-entreprises partenaires ;
  • Avoir un potentiel de création d’emplois décents pour les jeunes (femmes et hommes) ;
  • Disposer à appliquer les bonnes mesures de production de biens/services de qualité et respectueuses de l’environnement ;
  • S’engager à adhérer et à se conformer aux orientations et aux approches du sujet.

Processus de sélection des primo-entrepreneurs individuels

  • Identifier des opportunités d’affaires/d’entreprise (opportunités d’emplois) ;
  • Elaborer des modèles d’entreprises (référentiels technico-économiques et profils d’investissements correspondant aux opportunités d’emplois) ;
  • Sensibiliser les jeunes aux opportunités d’emplois ;
  • Lancer un appel à proposition / projet sur la base de profils ;
  • L’initiateur/l’initiatrice d’un projet répond à l’appel à propositions ;
  • Le dossier est sélectionné sur la base de critères pré-définis ;
  • L’initiateur/initiatrice pré-sélectionné(e) est soumis à un entretien et un diagnostic de compétences ;
  • L’initiateur/initiatrice sélectionné rentre dans un processus d’accompagnement pour murir son projet ;
  • Le projet muri avec un plan d’affaires est soumis à une institution financière pour financement ;
  • Un appui post-création d’entreprise est initié pour le promoteur.

DUREE DU PROJET

Le projet a une durée de cinq (5) ans 2016-2020.

COUT DU PROJET

Le cout global du projet est 12,590 milliards, financé par l’Etat togolais et la Banque Africaine de Développement (BAD). Les montants alloués sur les 5ans se répartissent comme suit :

  • Etat togolais : 634,91 millions FCFA
  • BAD : 11,955 milliards FCFA